Naturel ou mystérieux, instinctif ou imprévisible, l’allaitement peut autant être inné que parfois plus compliqué. pop et poppa a recensé pour vous les recommandations médicales officielles et des conseils et liens utiles.

“Tu allaites encore?”, “Tu as allaité seulement un mois?” ou alors “Tu  n’allaites pas?” L’allaitement ou le non-allaitement ne laisse pas indifférent. Si, dans les crèches pop e poppa, l’équipe est formée à adopter une attitude non-culpabilisante et respectueuse, les remarques en dehors de ce cadre peuvent parfois fuser. Car ce sujet touche de très près notre identité et notre relation à la maternité. Si les recommandations médicales sont claires, le défi reste aussi de faire de l’allaitement un moment épanouissant et privilégié entre la mère et l’enfant, en gardant toujours en tête de respecter avant tout le choix de la mère, seule à décider de ce qui lui convient

 

Allaiter, pourquoi?

Les scientifiques et les professionnels de la santé sont unanimes: la nature est bien faite, l’allaitement est idéal. Bien plus qu’un simple aliment, il possède de nombreux bienfaits aussi bien au niveau physiologique que psychique. Par exemple, il renforce les liens entre la mère et l’enfant, mais il s’adapte aussi constamment aux besoins du bébé et renforce ses défenses immunitaires. L’allaitement semble même avoir une influence positive sur la santé de ce futur adulte et préviendrait notamment l’obésité. 

L’allaitement est aussi excellent pour la maman: il facilite la perte de poids après l’accouchement et diminue le risque de développer un cancer du sein. Aussi très pratique, le lait maternel est disponible partout, en tout temps et à la bonne température! 

Pour une liste exhaustive des bienfaits de l’allaitement,  consultez L’alimentation du nourrisson durant la première année de vie (2017).

 

Allaiter, combien de temps?

Voici les réponses officielles à cette question qui revient bien souvent:

Selon la Société suisse de pédiatrie et la Société suisse de nutrition, l’allaitement exclusif est recommandé pendant les 4 à 6 premiers mois. L’Organisation mondiale de la santé préconise l’allaitement maternel exclusif pendant les six premiers mois. Exclusif” signifie que l’apport d’autres liquides, telle que de l’eau, n’est pas nécessaire – même en cas de fortes chaleurs – et peut même risquer de perturber l’allaitement.

Qu’en est-il de l’allaitement pendant la diversification alimentaire? Les recommandations suisses sont de le poursuivre parallèlement à la diversification alimentaire, aussi longtemps que la mère et l‘enfant le souhaitent. L’OMS parle de 6 mois à 2 ans, voire au-delà, en complément à d’autres aliments. 

 

Allaiter, comment?

Voilà une question qui peut sembler saugrenue mais qui est pourtant bien légitime, car l’allaitement représente parfois un vrai défi! Il peut être difficile à mettre en place, douloureux, et alors loin d’être “inné”. Son apparente simplicité, ainsi que le fait qu’il soit idéal, peut même s’avérer extrêmement frustrant pour une maman qui ne “parviendrait” pas à nourrir son enfant, ou qui ne souhaiterait pas le faire. Car, bien entendu, vous avez le droit de ne pas vouloir allaiter. Dans ce cas, parlez-en avant l’accouchement à votre sage-femme qui vous indiquera comment procéder.

Autant que possible, restez indulgente face à vos difficultés et vos appréhensions. Les premières semaines d’allaitement peuvent être difficiles, mais aussi d’autres phases plus tard, lorsque la production de lait devra s’adapter aux besoins de l’enfant grandissant. Soyez confiante: le lait maternel est bien plus qu’un aliment, et les bienfaits de la tétée pour un bébé commencent par le simple fait d’être en contact avec le sein de sa mère!

Parlez de vos inquiétudes et de vos difficultés et demandez soutien et conseils auprès de professionnels. À l’hôpital, sollicitez les infirmières et les sages-femmes, notamment spécialisées en allaitement. De retour à la maison, entourez-vous physiquement et/ou virtuellement de personnes encourageantes et compréhensives. Votre sage-femme pourra également vous soutenir et vous orienter vers des possibilités de rencontres et de groupes dans votre région

Et n’oubliez pas: vous êtes seule à décider si vous souhaitez allaiter ou non!

Astuces et adresses utiles: 

  • Saviez-vous que, en Suisse, vous avez droit à trois consultations de conseil en allaitement pendant la première année de votre enfant? (LAMAL, chapitre 4, article 15). N’hésitez pas à les solliciter si elles ne vous sont pas proposées spontanément, d’autant qu’elles sont entièrement remboursées.
  • Inquiète au sujet de la prise de poids de votre bébé? Vous pouvez le faire peser autant que vous le souhaitez auprès de l’Espace prévention de votre quartier ou de votre région.
  • Saviez-vous qu’il existe plusieurs positions pour allaiter un bébé? Certaines pourront vous convenir mieux que d’autres!
  • Il est extrêmement rare de manquer de lait ou de ne pouvoir physiologiquement allaiter. Le plus souvent, lorsque le bébé semble insatisfait et réclame davantage, il s’agit de moments d’adaptation entre la mère et les besoins de l’enfant, en évolution constante.
  • La Leche League est également très active dans le soutien et l’information aux mères, avec de nombreux dossiers à disposition sur son site.
  • Vous attendez des jumeaux? Le site allaitement-jumeaux.fr vous est dédié. Le site représente par ailleurs une mine d’informations pour toutes les mamans, avec des rubriques spécialisées, tel que “Comment allaiter un prématuré

Mais l’allaitement va de paire avec un autre véritable défi: le retour au travail et l’entrée à la crèche, après 16 semaines de congé maternité officiel. Comment y faire face? Continuer à allaiter sera-t-il possible? Découvrez comment pop e poppa vous soutient dans cette démarche, favorable à l’épanouissement de l’enfant, dans l’article “Et si allaitement et retour au travail faisaient bon ménage? Que dit la loi suisse et comment pop e poppa vous soutient”.